Victoria Than – Quebec, Canada

Victoria Thân a suivi le Programme d’éducation intermédiaire (PEI) à l’École secondaire de Rochebelle et le Programme du diplôme au Cégep Garneau avant de commencer ses études à l’Université Laval au Canada.

Victoria Than

Comment votre perspective a-t-elle changé depuis vos jours en tant qu’élève du PEI et du Programme du diplôme ?

Honnêtement, choisir de suivre le PEI à l’École secondaire de Rochebelle puis le Programme du diplôme au Cégep Garneau ont vraiment été les meilleures décisions de ma vie. Ce que je suis devenue et où j’en suis aujourd’hui, je le dois en partie à mon expérience dans le cadre du PEI et du Programme du diplôme. Actuellement, je suis étudiante en kinésiologie à la faculté de médecine de l’Université Laval, à Québec. Mon expérience et les avantages que j’ai acquis dans le cadre du PEI et du Programme du diplôme ont fait de moi une meilleure meneuse. Je suis actuellement présidente d’Enactus Université Laval et responsable du département communication de l’Association des jeunes philanthropes de l’Université Laval, la première association étudiante de philanthropie au Canada. Les valeurs inculquées par le PEI et le Programme du diplôme ont fait de moi une meilleure personne et je continue d’incarner ces valeurs tous les jours.

Au cours de mes années du Programme du diplôme, j’étais présidente de la Jeune Coop Roue-Libre du Cégep Garneau. Ce rôle m’a permis d’assister à des conférences de presse, de rencontrer des entrepreneurs et des athlètes olympiques, de collaborer avec des organisations nationales et d’améliorer l’entrepreneuriat dans ma communauté. J’ai également été responsable du département communication du journal étudiant La Salle des Nouvelles, membre de différents conseils d’administration et responsable du département étudiant des relations internationales et du développement durable du Cégep Garneau. J’ai eu la chance de bénéficier d’une reconnaissance au niveau national et local et de devenir demi-finaliste nationale de la bourse Loran, finaliste nationale de la bourse d’études TD pour le leadership communautaire et lauréate d’autres prix dont une bourse d’études de l’Université Laval. Mon expérience au sein du Programme du diplôme contribue à mon succès et fait encore aujourd’hui une grande différence dans ma vie professionnelle et personnelle.

Dans quelle mesure le PEI vous a-t-il préparée à la suite de vos études, particulièrement à vos études dans le cadre du Programme du diplôme ?

Grâce au PEI, j’ai commencé à acquérir toute une gamme de méthodes de travail et d’étude qui m’ont aidée à être plus productive. Il m’a également permis de mieux comprendre le monde ainsi que de nombreuses perspectives, et de saisir les attentes et les critères du Programme du diplôme. Grâce à tous les projets et toutes les activités spécifiques au PEI, j’ai développé un processus de travail efficace et une manière de structurer mes idées et mes pensées.

Quel était le sujet de votre projet personnel du PEI ?

Lors de ma dernière année du PEI à l’École secondaire de Rochebelle, j’ai choisi de préparer mon projet personnel sur la culture de la Norvège. Nous pouvions choisir librement notre sujet et le présenter sous forme de dissertation, de travail artistique ou d’événement. J’ai vraiment aimé le fait que nous puissions choisir notre sujet. J’ai choisi de créer un travail artistique sur la culture norvégienne et l’impact des attentats d’Utoya sur la communauté de ce pays. J’ai réalisé une maquette 3D de l’église Borgund Stavkirke et du chemin qui y mène. Celle-ci contient des citations de citoyens, de ministres et d’élèves à la suite des attentats d’Utoya. J’ai également réalisé une vidéo qui présentait tous les aspects de la culture norvégienne et l’impact de la tragédie. J’ai été très honorée que mon projet ait été envoyé à l’ambassade de Norvège. Je n’avais jamais pensé que ce projet me conduirait à collaborer avec le consul de la Norvège au Canada.

Le projet personnel est l’une des choses que j’ai le plus aimées. J’ai beaucoup appris en suivant le PEI et il m’a bien préparée pour le Programme du diplôme. Sur le plan personnel, j’ai appris à mener et innover ainsi qu’à avoir de l’influence et créer des projets dans ma communauté.

Qu’est-ce qui vous a décidée à préparer le Programme du diplôme ?

J’ai choisi de préparer le diplôme du Baccalauréat International parce que je savais que c’était un programme qui me donnerait des connaissances solides et des contenus enrichis. De plus, même si j’ai décidé de suivre les cours de sciences de la santé du Programme du diplôme, j’ai voulu satisfaire ma curiosité et développer mes connaissances et ma culture dans les domaines de la littérature anglaise, la philosophie et la littérature française. Je savais que je serais en mesure d’apprendre et de comprendre une plus grande variété de matières. En outre, j’aimerais un jour travailler au niveau international et je sais que le diplôme de l’IB m’a donné une solide formation pour y arriver.

En tant que personne créative et avenante, je savais que le diplôme de l’IB et les divers domaines d’activité de son programme CAS (créativité, activité, service) me donneraient l’occasion d’améliorer mes capacités et mes compétences de direction. J’ai acquis des compétences dans différents domaines allant des sciences aux affaires. De plus, le programme CAS a été pour moi une occasion de devenir une personne équilibrée. Ces qualités m’ont certainement permis de devenir une meilleure personne et de renforcer mes compétences de pensée, de rédaction et de direction, mais surtout, elles feront de moi une meilleure professionnelle de la santé. Quand j’y repense, je constate que les élèves du PEI et du Programme du diplôme sont vraiment comme une famille. Nous nous connaissions tous et sommes toujours amis aujourd’hui.

Le mémoire, la théorie de la connaissance (TdC) et le programme CAS vous ont-ils préparée pour l’université ? Vous ont-ils permis de développer des compétences qui vous sont utiles encore aujourd’hui ?

Maintenant que je suis étudiante à l’Université Laval, quand je repense à mon mémoire, à mes cours de TdC et au programme CAS, je peux vous dire qu’ils m’ont été extrêmement utiles dans ma vie personnelle et universitaire. Ils ont fait toute la différence ! La TdC était mon cours du Programme du diplôme préféré. Il m’a aidée à aiguiser mon esprit critique.

J’ai choisi d’aborder des questions modernes dans mon mémoire. J’ai parlé des Jeux Olympiques, une de mes passions. Mon mémoire m’a amenée à explorer d’autres perspectives et à me familiariser avec le processus de rédaction d’un document universitaire : comment mener des recherches, vérifier des faits et exprimer mes idées de façon claire. Ces compétences sont essentielles pour réussir dans la vie et à l’université.

 

Téléchargez la version PDF de cette interview PDF [278 Ko]