Ruth Donaliya Mwangase - Hastings, Royaume-Uni

Ruth Donaliya Mwangase a suivi le Programme du diplôme au Sussex Coast College à Hastings. Elle a ensuite obtenu un diplôme de premier cycle en économie à la Jacobs University et un diplôme de deuxième cycle en administration des affaires à la Hamburg School of Business Administration.

Très sincèrement, quand j’ai été admise à l’IB, je n’avais pas la moindre idée du niveau d’exigence du Programme du diplôme. Bien sûr, je connaissais le programme dans ses grandes lignes, ses implications et sa portée générale, mais j’étais loin d’imaginer à quel point cette expérience me transformerait. En 2009, j’ai reçu une bourse pour étudier à l’IB, en Angleterre, après avoir obtenu les meilleurs résultats de mon pays parmi les 35 élèves sélectionnés sur dossier. On m’a dit que j’allais bénéficier du meilleur enseignement qu’un enfant de mon âge puisse avoir. Tout cela était un peu flou pour moi, je n’ai donc pas pris toute la mesure de la chance que j’avais. Enfant déjà j’avais de grands rêves et de grandes ambitions, mais, au fond de moi, je savais que j’étais issue d’une famille modeste de quatre enfants et que j’habitais dans l’un des pays les plus pauvres au monde, la Zambie. Mes aspirations en restaient souvent là, privées de leur liberté et de leur capacité à voir le jour.

Quand j’étais à l’IB, une de mes expériences favorites était d’observer la diversité des points de vue exprimés par les élèves de ma classe. Au début, j’étais impressionnée par le simple fait d’être assise à côté de personnes venant de pays dont je ne connaissais même pas l’existence. Puis j’ai réalisé à quel point l’interaction avec ces élèves m’aidait à m’épanouir tant sur le plan scolaire que social.

Mes cours de théorie de la connaissance ont toujours été mes préférés. La classe n’arrivait jamais à se mettre d’accord parce que les élèves de chaque culture avaient un point de vue différent sur presque tous les sujets dont nous pouvions discuter. Une fois, nous avons essayé de prendre tous les points de vue en compte dans le but d’arriver à la conclusion que la vérité absolue n’existe pas, mais nous avons juste réussi à rassembler une multitude de points de vue. Et les cours de littérature anglaise n’échappaient pas à cette règle. C’était toujours surprenant d’entendre les différentes interprétations des élèves. Pour la première fois de ma vie, j’étais dans une classe où les élèves ne venaient pas du même quartier que moi, encore moins du même pays ! Cette expérience unique m’a fait découvrir un monde que je ne connaissais pas. Je me suis intéressée aux questions mondiales, et cela m’a encouragée à réussir et à jouer un rôle dans ce monde.

 Au début, j’étais impressionnée par le simple fait d’être assise à côté de personnes venant de pays dont je ne connaissais même pas l’existence. Puis j’ai réalisé à quel point l’interaction avec ces élèves m’aidait à m’épanouir tant sur le plan scolaire que social.

Le Programme du diplôme est de loin le plus exigeant que je n’ai jamais connu. Devoir suivre le programme créativité, activité, service (CAS) en plus des six matières que j’avais choisies a été pour moi un véritable déclic en matière de gestion du temps. Les journées ne me paraissaient jamais assez longues pour tout faire, pourtant j’arrivais toujours à faire mon travail, prête à relever de nouveaux défis. Le vaste choix des matières proposées par l’IB m’a fourni une excellente préparation à l’université, peu importe les domaines dans lesquels je déciderai de me spécialiser.

Après avoir achevé le Programme du diplôme, je me souviens avoir beaucoup hésité sur le choix de ma spécialisation à l’université. Mes résultats montraient en effet que j’avais de grandes capacités non seulement en sciences sociales mais aussi en sciences naturelles. Finalement, j’ai choisi l’économie mondiale avec une option en psychologie, outre un module de biotechnologie marine et un autre en informatique. J’apprécie d’autant plus cet enseignement transdisciplinaire que je sais que c’est une chance que je n’aurais jamais eue si je n’avais pas découvert différentes disciplines pendant le Programme du diplôme de l’IB. De nombreux problèmes auxquels le monde est confronté aujourd’hui nécessitent des solutions transdisciplinaires. Le fait d’avoir un programme d’études bien équilibré m’a permis de mieux résoudre les problèmes, et j’éprouve souvent de la joie quand je trouve une solution à un problème de la vie réelle grâce à d’autres domaines de savoir.

 

À propos du Programme du diplôme