Robert Tomalin - Duino, Italie

Robert Tomalin a obtenu le diplôme de l’IB au United World College (UWC) of the Adriatic, en Italie. Il a poursuivi des études en philosophie politique, italien et suédois à l’University College London et il a accompli une année d’études à l’Université de Lund, en Suède, grâce au programme Erasmus. C’est un professionnel de l’éducation dévoué et il exerce des fonctions de directeur au Colegio Gran Bretaña, une école du monde de l’IB située à Bogotá, en Colombie.

Robert Tomalin

Qu’est-ce qui vous a poussé à préparer le diplôme du Baccalauréat International ? 

Quand j’avais 11 ans, M. Ted Wheatley, directeur de mon établissement d’enseignement primaire en Angleterre, m’a conseillé de présenter ma candidature pour joindre le groupe du United World College (UWC), l’année de mes 16 ans. Je n’y ai plus repensé jusqu’au jour où, cinq ans plus tard, j’ai reçu le dossier de candidature qu’il m’avait posté (c’était bien avant la naissance d’Internet). Je pensais n’avoir pratiquement aucune chance d’être sélectionné, mais j’ai rempli le formulaire par respect à son égard, lui qui s’était souvenu de moi tout ce temps. 

  « Deux des meilleures années de ma vie se sont déroulées dans un petit village du nom de Duino. »

À ma grande surprise, j’ai été convoqué à un entretien à UWC Atlantic College au pays de Galles en 1995, et lorsque j’appris que j’avais été sélectionné pour représenter le Royaume-Uni à UWC of the Adriatic en Italie, je ne pouvais en croire mes yeux. Deux des meilleures années de ma vie se sont déroulées dans un petit village du nom de Duino, où j’ai rencontré certaines des personnes les plus importantes dans ma vie et où j’ai tiré certains des enseignements les plus précieux que l’on puisse imaginer.  

J’ai obtenu mon diplôme de l’IB en 1997. M. Wheatley a vu en moi quelque chose que je ne pouvais pas encore voir. S’il n’avait pas opéré sa magie et s’il ne s’était pas ainsi occupé de moi, je pense que je ne serais pas là où je suis aujourd’hui ; je ne réfléchirais pas comme je le fais, et ma compréhension de mon rôle et de mes responsabilités serait tout à fait différente aux niveaux local, national et international.

Quel enseignant de l’IB vous a le plus influencé ?

Henry Thomas était mon enseignant d’anglais A au niveau supérieur (NS). Ses anciens élèves l’apprécient tellement que, selon moi, leur admiration pourrait d’ici peu se transformer en culte. Grâce à ses connaissances en littérature, histoire et cultures du monde, il était capable de nous enseigner en faisant des liens entre nos matières spécifiques et le monde extérieur, ce qui nous gardait totalement captivés et motivés. En plus d’être un enseignant incroyable, il se souciait véritablement de notre bien-être à tous. 

« C’est lui qui m’a encouragé à nourrir de hautes ambitions, c’est lui qui m’a soutenu et guidé lors de la procédure d’inscription à l’université. »

Pour le jeune homme que j’étais, âgé de 16 ans seulement et vivant à l’étranger loin de sa famille, M. Thomas a vraiment joué le rôle de père. C’est lui qui m’a encouragé à nourrir de hautes ambitions, c’est lui qui m’a soutenu et guidé lors de la procédure d’inscription à l’université, et j’ai la chance de pouvoir dire que, bien qu’il soit maintenant à la retraite, nous sommes restés en contact et il m’appelle à chaque fois « le jeune » (comme tous ses anciens élèves, d’ailleurs). J’ai l’impression qu’une partie de l’univers n’a pas changé, ce qui me rassure et me fait très plaisir.

Quel parcours avez-vous suivi pour arriver là où vous en êtes aujourd’hui ?

Après l’obtention de mon diplôme de l’IB à UWC of the Adriatic, j’y suis resté une année supplémentaire (parfois appelée année sabbatique) pour réaliser un projet de 3e année auprès de l’association SOS Children’s Village à Mbabane, au Swaziland, avant de retourner au Royaume-Uni pour étudier la philosophie politique, l’italien et le suédois à l’University College London, incluant une année d’études à l’Université de Lund, en Suède, grâce au programme Erasmus. Lorsque je travaillais à Mbabane, j’ai compris que je devais suivre ma passion pour l’apprentissage et l’enseignement, et que je souhaitais totalement m’investir dans des fonctions de direction pédagogique. 

J’ai pris en charge le projet d’ouverture du Programme du diplôme dans mon ancien établissement public à Bedford au Royaume-Uni, avant de rejoindre une école du monde de l’IB, le Colegio Gran Bretaña (CGB) à Bogotá en Colombie, où je suis maintenant directeur. Cette année, je mène également un projet en synergie entre le CGB et la Victoria School (un établissement proposant le continuum des programmes de l’IB), en qualité de directeur général. J’ai été formé comme professionnel de l’éducation, animateur d’atelier, délégué chargé de mener des visites dans les établissements scolaires, et comme inspecteur des sites d’examens. Je suis fier d’appartenir aussi au réseau de collaborateurs de l’IB (IBEN). Je siège également au conseil de direction de l’AACBI (association des écoles du monde de l’IB de Colombie). Je suis amené à rencontrer les enfants, les enseignants et les familles les plus incroyables du monde entier ; c’est avec beaucoup de plaisir que je fais chaque jour mon travail.

« [U]n programme de l’IB, c’est tellement plus qu’une simple liste de matières. C’est un mouvement mondial, une famille internationale, avec une intention venant directement du cœur. »

Diplômé de l’UWC et du Programme du diplôme de l’IB, je me suis toujours engagé au service des autres. À ce jour, cela fait six ans que je suis président bénévole du comité national de l’UWC Colombia et cela fait trois ans que je suis membre de l’UWC International Council. Je fais également partie d’un groupe de bénévoles ayant pour mission de fonder un UWC en Colombie ; nous serions ainsi les seuls à avoir un UWC en Amérique du Sud. Mes travaux de recherche, dans le cadre de mon diplôme universitaire de deuxième cycle, m’ont amené à la conclusion que le Programme du diplôme serait le meilleur programme d’études. Nous avons donc l’intention de présenter une demande en vue de le proposer ici également.

À titre de conseil, je souhaite d’abord rappeler à tous les élèves que suivre un programme de l’IB, c’est tellement plus qu’une simple liste de matières. C’est un mouvement mondial, une famille internationale, avec une intention venant directement du cœur. C’est le seul programme d’études que je connais qui vous pousse à accomplir des choses qui sont bénéfiques pour votre corps, votre esprit, votre intelligence, ainsi que pour la communauté au sens large. Vous avez une chance incroyable ! Les résultats de l’IB ne définiront jamais la personne que vous êtes ; l’application que vous faites de votre savoir importe bien plus (ainsi que la façon dont vous avez assimilé vos connaissances).