Kavan Shah - Nairobi, Kenya

Diplômé de l’IB, Kavan Shah est aujourd’hui PDG de Rosewood Furniture Manufacturers Ltd, une entreprise familiale fondée par son père et établie à Nairobi, au Kenya. Lorsqu’il était plus jeune, il discutait souvent affaires et stratégie avec son père. C’est ce qui l’a conduit vers le Programme du diplôme où il a suivi les cours d’économie et de commerce au niveau supérieur avant d’entrer à l’université d’Oxford pour étudier l’économie et la gestion.

Qu’est-ce qui vous a poussé à préparer le diplôme du Baccalauréat International ?

Le diplôme de l’IB m’a apporté le juste équilibre afin de poursuivre mes nombreux centres d’intérêt tout en étudiant plusieurs matières. Je faisais partie de ces élèves qui s’ennuient très vite, mais qui s’intéressent à beaucoup de choses. Je n’ai pas su ce que voulais faire ni les études que j’allais choisir avant ma dernière année à l’IB. Le diplôme de l’IB m’a permis de garder toutes les portes ouvertes et d’envisager une carrière dans les affaires, le droit ou en tant qu’ingénieur.

Quelle matière vous a le plus inspiré en tant qu’élève de l’IB ?

C’est la difficulté des cours de mathématiques du niveau supérieur qui m’a le plus inspiré. Dans toute ma scolarité, c’est ce que j’ai fait de plus dur. À lui seul, le talent ne suffisait pas pour obtenir un 7. Ayant obtenu de mauvais résultats pendant un an et demi, j’ai dû mettre les bouchées doubles, analyser les épreuves des années précédentes, demander de l’aide à mes enseignants et aux autres élèves, m’appliquer à utiliser pour la première fois ces concepts de manière dynamique au lieu de me contenter de mémoriser des formules et des méthodes. Cette leçon me sert encore aujourd’hui dans la façon dont j’aborde les problèmes.

Lorsque vous étiez élève de l’IB, avez-vous développé des compétences qui vous sont encore utiles aujourd’hui ?

Dans le monde des affaires, je rencontre chaque jour des problèmes ou des projets qui n’ont pas de réponse simple et unique. Pourtant, ils doivent être pris en charge sans attendre tout en adoptant une approche réfléchie. Le mémoire a été mon véritable premier test. Cela m’a appris la valeur de l’effort continu, de la pensée innovante et de l’analyse. Dans ma vie, j’apprends constamment à communiquer des idées, et le fait d’avoir mené à bien cette mini-thèse m’y aide certainement aussi.

Quels conseils donneriez-vous aux élèves de l’IB ?

Pour diriger une entreprise, il faut s’impliquer dans tous les domaines : ventes, exploitation, finances, ressources humaines et innovation. Il faut donc posséder de nombreuses compétences, telles que l’écoute, l’analyse, la pensée créative, la rédaction efficace et le travail d’équipe, des compétences que l’on retrouve dans l’enseignement de l’IB. Et c’est aussi être capable de prendre des risques, l’IB faisant partie de l’un de ces risques. Le Programme du diplôme peut sembler plus difficile que le programme A-level, mais je pense sincèrement que si on ne prend pas de risques, on ne peut pas exprimer pleinement son véritable potentiel.

Téléchargez la version PDF de cet entretien [1,2 Mo]  (disponible en anglais uniquement)

 

À propos du Programme du diplôme