Conrad Hughes - Mbabane, Swaziland

Titulaire d’un doctorat, Conrad Hughes est le directeur du campus et de l’École Secondaire de La Grande Boissière, le plus ancien et le plus grand campus de l’Ecole Internationale de Genève, où l’IB est implanté depuis la fin des années 1960. Il fait également partie des diplômés de l’IB du Waterford Kamhlaba United World College of Southern Africa. Son livre Comprendre les préjugés à travers l’éducation : Le défi pour des générations futures a été publié par Routledge, en 2017. Conrad Hughes a également publié Teaching English A in the Diploma Programme chez Pearson, en 2011. Il enseigne aujourd’hui la théorie de la connaissance (TdC) et la philosophie.

Qu’est-ce qui vous a poussé à préparer le diplôme du Baccalauréat International ?

J’ai grandi dans l’Afrique du Sud de l’apartheid et je précise que Waterford Kamhlaba (UWCSA) était l’un des seuls établissements de la région où il n’y avait pas de ségrégation raciale. C’est ainsi que j’ai acquis l’ouverture d’esprit et interculturelle si chère à l’IB. Cet intérêt pour une éducation plus tolérante a beaucoup influencé mes décisions une fois adulte, y compris mes recherches et mes publications.

Qui vous a le plus inspiré lorsque vous étiez élève de l’IB ?

J’ai eu un enseignant de français visionnaire : feu l’excellent Roelf Huysmans. Il m’a fait découvrir les deux façons par lesquelles l’éducation se manifeste avec le plus de puissance au-delà de la temporalité et du jargon pédagogique : la passion pour la beauté du sujet et le pouvoir de la connaissance. Elles font désormais partie de mon approche.

Lorsque vous étiez élève de l’IB, avez-vous développé des compétences qui vous sont encore utiles aujourd’hui ?

De nos jours, on entend beaucoup parler des compétences du XXIe siècle : la communication, la collaboration, la créativité et la pensée critique. L’IB m’a certes permis de les renforcer (les évaluations portent sur de nombreuses compétences), mais, plus important encore, il m’a apporté l’extraordinaire rigueur d’un programme exigeant qui met en exergue la valeur essentielle du travail et la puissance inestimable de la confiance en soi.

Selon vous, qu’est-ce qui motive les élèves tout au long du Programme du diplôme à l’Ecole internationale de Genève ?

Notre établissement n’étant pas sélectif, la réussite n’a pas le même sens ni la même valeur pour tous les élèves. Les enseignants sont parfaitement bilingues (français et anglais), et l’ensemble du programme est donné dans les deux langues. Mon expérience en tant qu’élève a été différente, mais la motivation fondamentale des élèves, l’enthousiasme de devenir adulte et le désir de voler de ses propres ailes, reste la même.

Le Programme du diplôme est fantastique. J’attache un intérêt particulier à la TdC, et je pense qu’au moment de planifier les cours les établissements scolaires devraient valoriser les systèmes de connaissances indigènes en tant que façon différente, mais nécessaire, de regarder le monde pour en comprendre les cycles naturels.