Dans cette édition

Rechercher une école du monde de l'IB

L'IB pays par pays

Le CAS: Le cœur du Programme du diplôme de l’IB

Pour plusieurs étudiants de l’IB, le CAS se situe au cœur du programme. Il fournit une expérience enrichissante qui aide les élèves à élargir leurs propres perspectives tout en offrant souvent une aide à la communauté qui les entoure.

Dans le but de mieux comprendre la valeur et l’importance du CAS pour les élèves inscrits au Programme du diplôme de l’IB, nous donnons la parole à Franklin Hurtado coordonnateur du CAS au Colegio Politécnico COPOL de Guayaquil en Équateur, et à Dan Stewart, coordonnateur du CAS au Collège André-Laurendeau au Canada.


Un complément aux activités proprement scolaires
Le CAS peut offrir aux étudiants de l’IB la possibilité de vivre une expérience différente de celle qu’offre la classe. Cela leur donne la chance d’élargir leurs horizons lors de rencontres avec d’autres élèves, des professeurs et des gens de la communauté. Comme le note M. Stewart, « le CAS sort l’élève de ses livres et, pour un temps, le plonge dans le monde réel. Il s’engage dans la vie réelle, et cela le conduit à mieux connaître le monde, sa communauté aussi bien que lui-même. »

Selon M. Hurtado, le CAS présente un défi nouveau important aux étudiants du diplôme. « En plus du travail réalisé en classe, l’expérience acquise au contact de la vie réelle prépare l’élève à devenir un agent de changement dans leur communauté. »


Une expérience enrichissante tant pour les professeurs de l’IB que pour les élèves
Par l’importance accordée tant à la croissance personnelle qu’au service à la communauté, le CAS offre aux professeurs et aux coordonnateurs des opportunités enrichissantes. M. Hurtado y voit « la possibilité de servir la communauté de façon systématique avec des projets planifiés par notre institution. » M. Stewart apprécie le fait de découvrir le talent des élèves dans des domaines particuliers. « Parfois, c’est un élève dont le rendement en classe est faible qui excelle dans un projet de service communautaire. Je vois cela très souvent. »

M. Stewart est fier du voyage CAS organisé par son école dans un village pauvre situé dans la Cordillère des Andes, en Équateur. « La visite se fait entre la session d’automne et celle de l’hiver. Au cours de notre séjour, nous travaillons dans l’école, nous enseignons l’anglais, nous préparons le jardin et aidons à développer une infrastructure touristique permettant au village de générer des revenus. » M. Stewart explique qu’il faut environ un an pour planifier ce voyage qui se fait déjà depuis quelques années. « C’est gratifiant d’établir avec les villageois une relation qui va se développant et de constater le progrès dans leurs conditions de vie. » M. Stewart dit que les élèves qui se rendent dans ce village de l’Équateur demeurent marqués par cette expérience, même après avoir fini le programme. « Je rencontre souvent des diplômés qui offrent leurs services pour que le voyage puisse se réaliser. »


Choisir le projet CAS approprié
Pour les élèves, choisir un projet valable est un élément important du CAS. Guidés par les coordonnateurs, les professeurs et la famille, les élèves peuvent choisir un projet parmi plusieurs qui leur sont présentés. Certains choisissent des projets pour lesquels déjà ils éprouvent de la passion ou possèdent déjà une certaine expérience, d’autres le font en fonction de leur projet de carrière et d’autres fondés sur le désir d’aider la communauté.

Dans le but d’aider les élèves à faire un choix judicieux en tenant compte de leurs intérêts et de leur capacité, les coordonnateurs du CAS et les conseillers guident les élèves dans leur choix, suggèrent certaines activités, les mettent en contact avec des projets qui se réalisent dans la communauté. Comme l’explique M. Hurtado « c’est ma responsabilité de créer des opportunités à la mise en place de projets valables et devant servir la communauté. »


L’engagement de la communauté
Compte tenu du caractère particulier des activités CAS, les écoles du monde de l’IB invitent les parents à s’engager également dans l’activité. De plus, étant donné que la communauté profite souvent de ces projets, les organismes communautaires établissent souvent des liens étroits avec les coordonnateurs du programme CAS.

Tirant profit de son expérience, M. Hurtado a appris que dans un projet se réalisant au sein d’une communauté, les professeurs de l’IB peuvent motiver et orienter les élèves, les parents et la communauté. Les parents, désireux d’appuyer le travail de leurs enfants, doivent être bien informés. Dans le but de tirer le plus grand profit du projet, la communauté doit faciliter le travail impliquant les élèves et les professeurs. Enfin les élèves doivent gérer l’ensemble du projet—leur niveau d’engagement définit la portée et le succès de chaque activité.


Évaluer un projet CAS
Selon les nouveaux critères pour l’évaluation du CAS, il n’est plus nécessaire de comptabiliser les heures et les élèves ne sont plus tenus de rédiger des rapports réguliers. Cependant, M. Stewart note que les écoles ont mis au point plusieurs moyens pour assurer le suivi des élèves. « Nous évaluons le progrès sur une base régulière au cours des réunions de groupe ou des rencontres individuelles. Nous demandons aux élèves de réfléchir et de rédiger un rapport sur ce qu’ils ont appris en se basant sur les huit objectifs poursuivis. Chaque élève est libre de choisir lui-même le support sur lequel il présentera son rapport. »

Au Colegio COPOL de Guayaquil, M. Hurtado utilise une échelle qualitative permettant de mesurer les habiletés et les qualités personnelles des élèves d’entrer en interaction et d’atteindre des objectifs personnels. Cette échelle mesure également la capacité des élèves de prendre conscience des problèmes sociaux au moment où se planifie le projet et durant le travail de terrain.


La valeur de la créativité, de l’action et du service
M. Stewart observe que le CAS peut aider les élèves à acquérir plus de confiance et à découvrir l’importance de l’équilibre. « Si un élève ne fait qu’étudier, il ne découvrira pas ce que peut lui apporter l’exercice physique, le développement de la créativité et l’interaction que le CAS peut lui apporter. » Il ajoute que le CAS, en obligeant l’élève à sortir de sa zone de confort, le conduit à explorer de nouveaux horizons.

M. Hurtado précise que les élèves sortent enrichis par le fait de « servir les autres et de rendre son dû à la société. » Il observe que plusieurs élèves, à cause du CAS, optent pour s’engager dans leur communauté et de prendre part activement à la solution des problèmes. « Ils découvrent un sens à leur vie. »

M. Hurtado conclut en disant: « Le CAS est le cœur du diplôme de l’IB. Cette affirmation prend tout son sens quand les élèves découvrent qu’aider l’autre fait naître des sentiments et des émotions et procure une place spéciale dans ce monde. Cette prise de conscience les influencera tout au long de leur vie. »